La réponse du Dr. Andréa Ghiselli

Les mérites du beurre sont ses défauts, c’est-à-dire la richesse en graisses saturées, ce qui lui donne, en plus de la bonté, la structure notamment pour les desserts. Ils doivent être saturés pour le croustillant, pour la friabilité d’un croissant, etc. Mais ce qui est un délice pour le palais ne l’est pas pour le cœur si vous dépassez la consommation. Et en Italie, nous sommes bien au-delà des limites recommandées de graisses saturées. Mais quelques biscuits ou une fine couche de beurre sur du pain au petit-déjeuner est une caresse que l’on peut s’offrir sans se faire de mal, à condition qu’en plus du petit-déjeuner, elle soit consommée au goûter, au déjeuner et au dîner.

A lire également